Retour à l’église d’Azelot

Histoire de la restitution d’un vitrail du XVe siècle passé dans le commerce d’art à son édifice d’origine

par Michel Hérold, conservateur général du patrimoine, directeur du Comité français du Corpus vitrearum

La veille exercée sur le marché de l’art par les chercheurs spécialistes du vitrail au Centre André Chastel a depuis des années prouvé son utilité. Au mois de septembre 2014, consultant le site du marchand d’art londonien Sam Fogg (fig. 1), j’ai eu la surprise d’y reconnaître un panneau de forme quadrilobée représentant le martyre de saint Sébastien (H. 54,5 cm – L. 56 cm), extrêmement proche de celui que j’avais inventorié dans le cadre de ma thèse soutenue en 1983, publié aussitôt dans le catalogue de l’exposition Le vitrail en Lorraine du XIIe au XXe siècle1 , puis en 1994 dans le volume V du Recensement des vitraux anciens de la France2.

Le panneau en place dans le tympan de la baie 1 de l’abside de l’église Saint-Laurent d’Azelot en Meurthe-et-Moselle avait-il un double tiré du même carton ? S’agissait-il d’une copie dont l’original se trouverait à Londres, ainsi passé illégalement dans le commerce d’art ?

Fig. 1 Le vitrail du martyre de saint Sébastien sur le site de la galerie Sam Fogg, Londres. © Galerie Sam Fogg, Londres, capture d’écran, 2021

Avant d’entreprendre quoi que ce soit, mes amis d’Azelot, Evelyne et Philippe Husson et moi-même, avons décidé de prendre conseil auprès des collègues de la Conservation régionale des Monuments historiques de Lorraine et du Bureau du patrimoine mobilier du ministère de la Culture (25 septembre 2014). Il en est ressorti qu’avant toutes choses, des recherches devaient être faites parmi les demandes de certificats de sortie du territoire. La commune d’Azelot, pour sa part, dut vérifier si un abandon de domanialité avait eu lieu concernant le vitrail.

Fig. 2 Visite à Azelot, 28 septembre 2014. Tentative d’observation de la face externe du vitrail de la baie 1. © Michel Hérold
Fig. 3 Visite à Azelot, 28 septembre 2014. Tentative d’observation de la face interne du vitrail de la baie 1. © Michel Hérold

Parallèlement, une nouvelle visite sur le terrain s’imposa. Le même jour (28 septembre), Mireille-Bénédicte Bouvet, conservatrice régionale de l’Inventaire, et moi-même nous sommes rendus à Azelot pour une observation comparative entre photographie du vitrail londonien et œuvre in situ (fig. 2 et 3). Pour ma part, je vis dans le vitrail en place une copie maladroite mais je ne disposai pas d’une échelle suffisamment grande pour accéder à l’œuvre elle-même, faces interne et externe : impossible donc de réunir des arguments recevables. Cependant, ma conviction était faite : le panneau monté dans le tympan de la baie 1 pourrait bien être la copie d’une œuvre ancienne. En témoignait l’absence totale de corrosion ; les dimensions du panneau en place à Azelot s’avéraient très proches de celui en vente à Londres, le verre semblait avoir été faussement vieilli au moyen d’une patine en grisaille cuite face externe et la peinture en face interne apparaissait de faible qualité et artificiellement usée.

Dans l’hypothèse du remplacement d’un original par une copie, à quelle date la substitution avait-elle pu avoir lieu ? Des travaux sont généralement des moments à risques ; des recherches furent donc menées aux archives départementales de Meurthe-et-Moselle par Jean-Charles Cappronnier, directeur adjoint, avec l’aide de Christelle Jajoux. Les résultats n’apportèrent évidemment aucun élément de preuve, mais ils méritent d’être notés. Des interventions sur les vitraux avaient bien été menées dans l’immédiat Après-guerre sous la direction de l’agence Jacques et Michel André, architectes à Nancy3 : l’édifice touché par des tirs d’artillerie, avait bénéficié de dommages de guerre4. On relève ainsi un mémoire de Georges Gross (atelier Georges Janin), daté du 27 février 1951, touchant l’ensemble du vitrage, mais sans que soient détaillées les interventions sur les diverses baies et en particulier sur la baie 1.

Fig. 4 Galerie Sam Fogg, Londres. Vitrail du martyre de saint Sébastien. © Galerie Sam Fogg, Londres

Faute d’élément décisif à apporter au dossier, aucune démarche supplémentaire ne fut donc entreprise. En 2021 cependant, le panneau du martyre de saint Sébastien étant toujours affiché sur le site de la Galerie Sam Fogg (fig. 4) une nouvelle initiative fut tentée. Le 2 juin, après que nous en ayons délibéré, Philippe Husson s’adressa à Christian Forget, maire d’Azelot, et lui décrivit la situation. Particulièrement concerné par le dossier, le maire m’écrivit aussitôt, comptant prendre contact parallèlement avec la Conservation régionale des Monuments historiques Grand-Est, antenne de Metz. Prenant le dossier en mains en vue de dégager une argumentation convaincante, Christian Forget fit venir une nacelle dès le 3 juin. Les clichés que je reçus aussitôt des vitraux, face interne et surtout face externe, me semblèrent apporter les informations décisives (fig. 5 et 6). Les observations faites en 2014 furent confirmées par des images de qualité suffisante pour montrer que le verre n’était pas ancien, ayant été faussement patiné en face externe par un lavis de grisaille irrégulier et putoisé en taches, suivant une méthode « classique » pour imiter une corrosion naturelle. Si cette observation ne put être considérée comme une preuve du remplacement de l’original par une copie, elle emporta du moins la conviction. Le panneau en place dans la baie 1 de l’église d’Azelot n’était pas ancien ; l’original se trouvait vraisemblablement à Londres à la galerie Sam Fogg.

Fig. 5 Azelot, église Saint-Laurent, baie 1 : martyre de saint Sébastien, détail de la face externe ; 3 juin 2021. © Christian Forget, mairie d’Azelot
Fig. 6 Azelot, église Saint-Laurent, baie 1 : martyre de saint Sébastien, détail de la face externe ; 3 juin 2021. © Christian Forget, mairie d’Azelot

En lien avec la Conservation régionale des Monuments historiques et le Bureau de la conservation des monuments historiques mobiliers à la Sous-direction des monuments historiques et des sites patrimoniaux du Ministère de la Culture, un courrier fut préparé par le maire d’Azelot. La commune dut dans un premier temps faire toutes les vérifications prouvant à justifier que le vitrail était propriété publique et donc inaliénable et imprescriptible et qu’il n’avait pas été déclassé du domaine public ; si elle ne le put pas, elle dut au moins apporter la preuve de la présence du vitrail au sein de l’édifice à une date donnée, antérieure à 1950.

Envoyé à la galerie Sam Fogg le 9 juin 2021 par la mairie d’Azelot, le courrier reçut rapidement une réponse, datée du 24 juin. Elle émanait de l’avocat français de la galerie : il y était précisé que le vitrail avait été acheté il y a plus de dix ans auprès d’un antiquaire à Berne ; il était demandé au maire que lui soit adressé « tout justificatif à l’appui du vol évoqué comme de la qualité de trésor national » en vue de poursuivre des discussions.

Le dossier aurait pu en rester là car la « domanialité » du vitrail ne pouvait être prouvée documents à l’appui, mais le 9 décembre Christian Forget me contacta à nouveau, ayant eu des « échanges plus positifs avec la galerie ». En accord avec la Conservation régionale des Monuments historiques et le Bureau de la conservation des monuments historiques mobiliers je lui proposai de rédiger une note détaillée5.

Les événements se précipitèrent ensuite. Ma note, envoyée le 14 décembre par la mairie d’Azelot à la galerie londonienne, reçut dès le 16 une réponse positive ; Sam Fogg déclarant avoir été convaincu par les arguments déployés m’en fit part personnellement, annonçant le retour du vitrail pour le mois de janvier 2022. Le vitrail put en effet être réceptionné à la mairie d’Azelot le 13 janvier (fig. 7). Sa repose in situ avec double verrière de protection est en préparation.

Fig. 7 Le vitrail de retour à Azelot entre les mains du maire de la commune. © Patrice Saucourt, L’Est républicain, 16 septembre 2022

Parallèlement, nous avons attiré l’attention de la mairie et de la Conservation régionale des Monuments historiques sur le petit vitrail de l’armoire eucharistique de la fin du XVe siècle, exceptionnel décor de ce type de dispositif, actuellement en très mauvais état et qui devrait bénéficier d’une restauration urgente (fig. 8 et 9)6 .

Le 5 octobre 2022, le vitrail de saint Sébastien a été inscrit à l’Inventaire supplémentaire des Monuments historiques.

Fig. 8 Azelot, église Saint-Laurent, oculus eucharistique : détail du vitrail à l’hostie entourée de nuées, dernier quart du XVe siècle. © Michel Hérold
Fig. 9 Détail de l’hostie peinte d’un Calvaire à la grisaille. © Michel Hérold

Liens à suivre dans la presse :

https://www.estrepublicain.fr/encadres/2022/09/16/vitrail-d-azelot-un-motif-assez-rare

https://www.estrepublicain.fr/culture-loisirs/2022/09/16/le-mystere-du-vitrail-retrouve-a-londres

https://fr.aleteia.org/2022/10/07/70-ans-apres-sa-disparition-azelot-retrouve-son-inestimable-vitrail/



Citer ce billet
Elisabeth Pillet (2023, 9 janvier). Retour à l’église d’Azelot. Corpus vitrearum – France. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nfvf

  1. Notice par Francis Roussel dans Le vitrail en Lorraine du XIIe au XXe siècle, Metz, Éditions Serpenoise, 1983, p. 194. []
  2. Les vitraux de Lorraine et d’Alsace, Paris, CNRS Éditions, 1994, p. 37 (Corpus vitrearum, Recensement des vitraux anciens de la France, volume V). []
  3. Arch. dép. de Meurthe et Moselle, 119 J 604. []
  4. Arch. dép. de Meurthe et Moselle, 14 W 40. []
  5. cf. Michel Hérold, Note à propos du vitrail du martyre de saint Sébastien de l’église d’Azelot et d’un panneau sur le même sujet en vente à Londres à la galerie Sam Fogg, 14 décembre 2021
    https://cvmafrance.hypotheses.org/files/2023/01/Note-a-propos.pdf. []
  6. André Philippe, « Les armoiries eucharistiques dans l’est de la France et particulièrement dans les Vosges », Bulletin monumental, t. 83, 1924. p. 103-126. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.