Archives par mot-clé : Restauration

De la falsification en histoire de l’art

par Jean-François Luneau, conservateur en chef du patrimoine, Centre André Chastel

Daniel Arasse, dans une conférence de l’Université de tous les savoirs, s’interrogeait en 2001 sur le « caractère anachronique » des conditions de présentation contemporaines des œuvres d’art : les conditions d’exposition muséales, de même que les reproductions photographiques, permettent en effet de nouveaux types d’observations et sont susceptibles de renouveler le regard qu’on leur porte1.

Continuer la lecture de De la falsification en histoire de l’art
  1. Daniel Arasse, « Interpréter l’art : entre voir et savoirs », Université de tous les savoirs, 12 juillet 2001 ; https://www.canal-u.tv/chaines/utls/les-renouvellements-de-l-observation-dans-les-sciences-contemporaines/interpreter-l [consulté le 21/10/2022]. []

La conservation-restauration des vitraux

par Claudine Loisel, ingénieur de recherche au Laboratoire de Recherche des Monuments historiques

Vincennes, Sainte-Chapelle, analyse par spectrométrie de fluorescence X des vitraux du chevet. © LRMH Claudine Loisel, 2017

Le Laboratoire de Recherche des Monuments historiques porte depuis plus de cinquante ans la recherche scientifique pour la conservation et la restauration du patrimoine bâti. Au sein de ce service à compétence nationale, le pôle scientifique Vitrail exerce sa mission première de contrôle scientifique et technique aux cotés de la conservation régionale des monuments historiques et des architectes en charge des monuments. Ses ingénieurs interviennent sur tous les monuments historiques classés ou inscrits en France, des plus anciens vitraux aux œuvres les plus récentes, intégrant régulièrement, et de manière grandissante, des matériaux contemporains, tels les pavés et les dalles de verre. Leur sont confiées les missions d’expertise et de recherche, de valorisation et de diffusion des connaissances, ainsi que la participation à la formation des futurs restaurateurs, contribuant ainsi à la reconnaissance internationale de ces experts. Depuis 1970, l’objectif premier reste toujours le même « mieux comprendre pour mieux conserver » afin de transmettre ce patrimoine aux générations futures.